especes invasives

especes invasives
*L’article « Espèces, vos papiers » est consternant. Dès le titre, la couleur est annoncée : il s’agit d’anthropomorphisme primaire, avec tout ce que cela comporte de méconnaissance et de mépris pour la nature. D’après cet article, conforté malheureusement par des citations orientées d’éminents savants, les espèces invasives seraient naturelles et il faudrait les laisser proliférer. Les espèces invasives ne procèdent pas d’un processus naturel de l’évolution d’une espèce qui s’étend dans un biotope donné, en compétition avec les autres espèces de celui-ci. Elles ont été introduites fortuitement ou délibérément par l’homme dans des biotopes où elles n’ont pas de prédateurs, alors qu'elles en ont dans leur milieu d’origine. Ce ne serait pas grave, si les espèces invasives s’installaient sans perturber le biotope et y trouvaient les prédateurs qui limiteraient leur prolifération. Mais ce n’est pas la cas. Les espèces invasives conquièrent des biotopes où elles n’ont pas de prédateurs et éliminent de nombreuses espèces endémiques, contribuant fortement à la diminution de la biodiversité locale : pour une espèce invasive, combien d’espèces disparaissent ? Il n’est que de voir les zones où le Baccharis s’installe : il n’y a plus de vie végétale, ni animale. Quant à l’Ibis sacré, qui n’a pas pu être réintroduit en Egypte malgré plusieurs tentatives..., c’est pure sensiblerie que de refuser non pas son éradication, mais sa régulation en attendant de voir comment il se comporte dans les biotopes où il s’installe sans limites.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet