du bon usage journalistiquement correct du courrier des lecteur

du bon usage journalistiquement correct du courrier des lecteur
Suite à l'affirmation de M. de Villepin qu'il allait introduire les entreprises dans les universités, j'ai adressé un courrier au monde pour rappeler la loi de 1984, dite Savary, qui dispose que dans les conseils des universités il y a de 10 à 30% de personnalités extérieures, donc de fait des représentants des entreprises. J'ajoutai que cette loi dispose que les universités sont autonomes. Ensuite, je faisais part de mon expérience des entreprises à l'université, tant au niveau des conseils que dans les formations d'enseignement : résultat nul, sinon négatif. Ce que je constate. Mon courrier n'a évidemment pas été publié, ce qui ne m'étonne pas, puisque Le Monde n'a plus d'autre pensée que le libéralement et élito-démagogiquement correct. Ce n'est pas nouveau. Ce qui est nouveau, c'est qu'un courrier de lecteur non publié appelle aussitôt une réponse d'une vague universitaire qui prend systématiquement le contre-pied du contenu du courrier, pour défendre le modèle université-entreprise correct, où les présidents d'université ne rêvent que de stock-options, de parachutes dorés et de retraites exhorbitantes, au détriment du service public. Bon je sais, je suis ringard...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet