Re: secondaire / université

Re: secondaire / université
Il n'empêche que votre brève est l'affirmation qu'il n'y a pas d'enseignants du secondaire à l'université et que cette affectation est une nouveauté inventée par Sarkosy, ce qui est faux quels que soient vos ergotages. Cela correspond d'ailleurs à la méthode coutumière de celui-ci : annoncer comme nouveauté ce qui est une réalité depuis longtemps. En outre, il est inacceptable de ne pas poser la question fondamentale de la légitimité des enseignants du secondaire à l'université, alors qu'ils prennent la place des enseignants-chercheurs et qu'ils dégarnissent le secondaire. Dans les deux cas, il s'agit d'un nivellement par le bas. Mais Sarkosi méprise tellement l'université et tout ce qui est enseignement que ce n'est pas surprenant. CEDELLE Luc a écrit : > > Bonjour, > > A moins d'abandonner toute autre indication sur ce déjeuner entre Sarkozy et des professeurs, je ne pouvais développer cette question des professeurs du secondaire (déjà) affectés à l'université, dans les quelques lignes d'une brève. > > Rien que pour expliquer ce que sont les PRAG et les PRCE, j'aurais "consommé" la moitié de l'espace disponible. Par ailleurs, j'ai quand même pris le soin de parler de l'éventuelle affectation à l'université de professeurs "exerçant actuellement dans le secondaire" - ce qui implique qu'ils ne sont pas PRAG ni PRCE aujourd'hui. Enfin, si j'ai mis en exergue cet aspect des choses c'est parce que savais - sans avoir de précisions à ce stade - que le gouvernement mijotait quelque chose autour des PRAG et de l'augmentation de leur nombre. C'était du "'off" et de l"hypothétique, mais le fait qu'un participant au déjeuner m'en parle spontanément me libérait de toute obligation et me permettait de donner une information à nos lecteurs avant tout le monde. Ce que j'ai fait, donc. > > Les agences de presse ont suivi le soir même et la presse du matin le lendemain.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet