structure de la population de 2010 a 2050

structure de la population de 2010 a 2050
La citation d'un chercheur par Anne Rodier (Le Monde Economie, 12 avril 2011) me laisse perplexe. Quand on veut comparer deux quantités, il faut utiliser la même unité de mesure : mettre en regard des effectifs et des % de croissance n'a pas de signification. Par ailleurs, il faut préciser les sources des données. Mais il y a deux points plus graves, du point de vue purement démographique. Premier point. Compter les vieux (traduction : les inactifs) à partir de 60 ans n'est pas sérieux. C'est oublier le débat sur les retraites, où le gouvernement a justifié, entre autres, le passage de 60 à 65 ans précisément par l'augmentation de l'espérance de vie et donc du nombre de vieux. Deuxième point. Il n'est pas plus sérieux d'oublier les jeunes pour mesurer le poids de la charge qui pèse sur les adultes (les actifs). On peut accepter l'âge de 18 ans, âge de la majorité légale. Dans ces conditions, il faut considérer trois classes d'âge : 0-17, 18-64, 65+. En se référant aux "Projections de population pour la France métropolitaine à l'horizon 2050", on constate que les effectifs de jeunes et d'adultes restent pratiquement stable, 15,2 et 36,4 millions respectivement, tandis que les vieux passent de 10,4 à 18,3 millions. La charge par 100 adultes passe alors de 69 à 93 jeunes et vieux. Ce qui est loin d'être négligeable, d'ailleurs. Sur le plan économique, il ne faudrait pas oublier que les adultes ne sont pas tous actifs. Beaucoup sont inactifs et donc une charge supplémentaire pour les actifs. A qui la faute, sinon aux entreprises qui hurlent que le coût du travail est insupportable, mais qui font des profits monstrueux ? Alors évidemment, comme le dit Anne Rodier, il faut faire appel à l'épargne, en clair passer à un régime par capitalisation, pour le plus grand profit des actionnaires, sans parler de la privatisation rampante de l'éducation, qu'elle oublie, et qui aboutit au même résultat. Mais c'est une autre histoire...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet